Aller au contenu principal
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20IMG_1009%20%280-00-01-02%29.jpg
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20IMG_1009.mp4
/sites/default/files/2017-09/plage.JPG
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20beau%20mouvement%20vague%2C%20soir%2C%20beau%20bruit_0.mp4
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20ane%CC%81mones%2C%20aquarium%20de%20Biarritz%20%280%3B00%3B03%3B00%29.jpg
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20ane%CC%81mones%2C%20aquarium%20de%20Biarritz.mp4
/sites/default/files/2017-09/mer.JPG
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20Mer_1_1.mp4
/sites/default/files/2017-09/arbrepluie.JPG
/sites/default/files/2017-10/grosse%20pluie%20sur%20l%27arbre%201272_2.mp4
/sites/default/files/2017-09/arbre.JPG
/sites/default/files/2017-09/arbre.mp4

Marie Darrieussecq

Communiqué(s)

Sylvain Bourmeau s'entretient avec Marie Darrieussecq

Film d'1h30 visible pendant un mois sur France 5, diffusé le 9 juillet dernier, dans la série "Les Intellectuels du XXIème siècle", https://www.france.tv/france-5/les-intellectuels-du-xxie-siecle/561415-…

...

Et le 19 juillet à la Médiathèque de Biarritz, Marie Darrieussecq donnera quelques précisions sur les vagues (entre autres) à 18h. C'est l'été...

Précisions sur Précisions sur les vagues

Le 19 juillet à la Médiathèque de Biarritz à 18h, on parlera des vagues, entre autres. C'est l'été...

Hommage à Paul Otchakovsky Laurens

"En l'absence de Paul", à la librairie les Cahiers de Colette, rue Rambuteau, ce vendredi 29 juin à 18h, avec entre autres Iegor Gran, Dominique Fourcade, Marie Darrieussecq, Frédéric Boyer, Kiko Herrero, Jocelyne Desverchère, Jean Rolin, Mathieu Lindon et Francis Tabouret.

Le 19 juillet à 18h, à la Médiathèque de Biarritz, rencontre avec le public autour du thème des vagues.

Biarritz

à la Médiathèque de Biarritz, le 19 juillet à 18h, sur le thème des vagues... L'été approche.

Frédéric Boyer à la Maison de la poésie

Ce soir mercredi 13 juin, Frédéric Boyer lit "Peut-être pas immortelle" en musique à la Maison de la poésie à Paris.

|

notes à mesure

Au fil des jours… notes à mesure

Oleg Sentsov et la liesse populaire
"Nous" sommes champions du monde. Hé les mecs ! Champions du monde ! D'un jeu de ballon. Et Oleg Sentsov est toujours au goulag. Mourant de faim. 63ème jour de sa grève de la faim. Les dégâts sur son organisme sont probablement irréversibles désormais . Est-ce son nom que Macron a glissé à l'oreille de Poutine en allant chercher "notre" coupe dorée ?
.....
(J'avoue tout de même un faible pour Kylian Mbappé...)
dim 15/07/2018 - 18:34
Très loin du foot
Très loin du foot, Pays basque espagnol, quelle paix.
dim 15/07/2018 - 11:15
vendredi 13
Aujourd'hui est un vendredi 13. Je ne suis pas superstitieuse (pas trop). Mais c'était un vendredi, le 13 novembre 2015, les terrasses et le Bataclan, et je n'aime pas l'idée que les terroristes puissent jouir avec les dates. Et puis la finale de ce fichu jeu de ballon, et le 14 juillet par-dessus tout ça, Nice, les feux d'artifice, ça fait trop de dates "nationales", je me replie sur mon identité basque, qui fut pourtant ensanglantée aussi.
ven 13/07/2018 - 09:56
Fraternité
Le Conseil Constitutionnel a consacré la fraternité comme principe constitutionnel, le 6 juillet dernier. (Et la sororité aussi j'espère). "Tout individu a le droit d’aider une personne en situation irrégulière, sous n’importe quelle forme (transport, hébergement, conseil juridique, etc.) à des fins humanitaires, sans être poursuivie." C'est Cédric Herrou qui me tient au courant, j'avais signé la pétition en soutien de son action, il y a quelque temps. Pour une fois, comme il le dit, une pétition semble servir à quelque chose.
jeu 12/07/2018 - 12:39
bibliothèques incendiées
Après la mort d'un jeune tué par un policier à Nantes, deux bibliothèques associatives ont été incendiées : celle du quartier des Dervallières et celle de la maison des Haubans dans le quartier Malakoff. Appel aux dons de livres. J'en ai des milliers, mais comment les transporter ?
dim 08/07/2018 - 08:38
Prix Médicis
Je reçois des centaines de livres depuis que je suis devenue, avec ambivalence, jury du prix Médicis. Je vais lire tout l'été, plongée dans le contemporain (ou le déjà obsolète, selon la qualité des livres). J'ai libéré des mètres d'étagères et je m'essaie à des classements bancals, alphabétique, thématique, géographique, "lu et à lire", "bon, moyen, pas bon", glop et pas glop...
jeu 05/07/2018 - 07:59
bonne phase d'écriture
Bonne phase d'écriture. Pourquoi maintenant ? Il me semble que je parviens à trouver un "passage" dans l'impasse de mon roman sur les migrants, commencé il y a plus de quatre ans.
sam 30/06/2018 - 09:36
tribune pour Oleg Sentsov, dans Bibliobs
Pendant que les équipes de toutes les nations sélectionnées jouent consensuellement au foot, le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov meurt de faim. Le 14 mai dernier il a entamé une grève de la faim pour protester contre son emprisonnement, après un procès qu’Amnesty international a qualifié de « stalinien ». Le 25 août 2015, il a été condamné à 20 ans de prison pour « organisation d’un groupe terroriste ». Il aurait « cherché à faire exploser la statue de Lénine à Simferopol ». Rien que le motif semble une farce. Pendant que les nations heureuses d’être sélectionnées jouent en Russie, Oleg Sentsov, qui aime peut-être le foot, je n’en sais rien, tous les amateurs de foot ne sont pas des brutes épaisses, Oleg Sentsov en est au 45ème jour de grève de la faim. Il proteste aussi contre l’emprisonnement de 65 autres prisonniers politiques en Russie. Pendant ce temps, le monde entier regarde avec enthousiasme deux fois onze types tapant dans un ballon dans un pays, la Russie, qui a annexé un grand bout d’un autre pays, la Crimée, et qui fait la guerre à tout ce que l’Ukraine compte de forces européennes. Oleg Sentsov, né le 13 Juillet 1976 à Simferopol, dans l’Oblast ukrainien, a perdu plus de vingt kilos, son fonctionnement rénal est fortement dégradé, son cœur souffre de carences conduisant à une hypertension morbide. Seuls les diplomates européens et quelques leaders ont appelé à boycotter ce jeu de balle, sans aucune conséquence dans les faits. A Kiev où je me trouvais il y a quinze jours, toute la place Maidan parlait d’Oleg Sentsov. A Odessa les gens pleurent la Crimée volée, ils la pleurent en russe car le monde est complexe : leur Crimée là-bas juste en face, les plages interrompues, la mer confisquée. À Odessa aussi on me demandait s’il n’y a qu’en Ukraine qu’on s’inquiète de l’injustice faite à Oleg Sentsov. Pendant que dans les stades et face aux écrans on « s’ennuie » devant l’équipe de France, c’est ce que les amateurs de mon entourage m’ont dit, plusieurs dents d’Oleg Sentsov sont tombées. Le 21 juin les ambassadeurs des pays du G7 ont fait savoir être «très préoccupés» par sa situation. Oleg Sentosv, bientôt 42 ans et père de deux enfants, ne peut plus tenir debout face aux vertiges. Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland, en visite à Moscou, a appelé mercredi 21 juin à sa libération. Pendant que l’Allemagne « perd » et que la Suède « gagne », Oleg Sentsov, détenu dans une colonie pénitentiaire à Iamalie, au-delà du cercle polaire – dans un goulag, donc – Oleg Sentsov a entamé la phase terminale de sa grève de la faim : celle qui commence après le 40ème jour. Pendant qu’on scrute les performances de Messi, Sentsov a consommé tous les lipides disponibles dans son corps et se nourrit désormais de ses propres protéines, d’abord de ses muscles, puis de ses organes vitaux. Personne n’a jamais survécu plus de 70 jours à une grève de la faim, le seuil létal se situe après les 40 jours. Les grévistes de l’IRA, que Thatcher a laissé mourir, sont tous morts entre 46 jours et 70 jours de grève de la faim, avec une moyenne autour de 60 jours. Cette fichue compétition de foot, opium du peuple et jeux du cirque, est en train de gagner un corps squelettique en guise de trophée mondial. Et il y aura une tache sanglante en guise de drapeau russe, si Poutine ne libère pas Sentsov.
jeu 28/06/2018 - 10:09
Je ne sais pas si c'est tout le monde
" À dix-huit ans j'ai vieilli. Je ne sais pas si c'est tout le monde, je n'ai jamais demandé. " Paul aimait beaucoup le début de "L'Amant", de Duras, il le prenait comme exemple de "fautes" de français qui font tout le style d'un texte : "Je ne sais pas si c'est tout le monde". En tous cas c'est Duras.
ven 22/06/2018 - 08:13
Liste de classiques
A une demande du HuffPost d'établir une liste de vingt classiques français à lire absolument, je réponds ceci, en vitesse :
La Princesse de Clèves, de Mme de La Fayette ;
Manon Lescaut, de l’Abbé Prévost ;
La Religieuse, de Diderot ;
La Vie de Marianne, de Marivaux ;
Adolphe, de Benjamin Constant ;
Le Horla, de Maupassant ;
La Joie de vivre, de Zola ;
La Correspondance de Flaubert ;
Voyage au bout de la nuit, de Céline ;
La Route des Flandres, de Claude Simon ;
Quelqu’un, de Robert Pinget ;
Les Guérillères, de Monique Wittig ;
Malone Meurt, de Samuel Beckett ;
W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec ;
Lol V Stein de Marguerite Duras ;
L’espèce Humaine, de Robert Antelme ;
Aucun de nous ne reviendra, de Charlotte Delbo ;
Les Fruits d’Or, de Nathalie Sarraute ;
Le Deuxième sexe, de Beauvoir ;
L’Etranger, de Camus.
Je ne mets pas Proust parce qu’il apparaitra de toutes façons.
jeu 21/06/2018 - 08:31
Précision sur Précisions sur les vagues
En causant l'autre soir à la BNF, avec le public, j'ai pris conscience que Précisions sur les vagues est probablement un bien meilleur livre, tout court et bizarre qu'il est, que le Mal de mer dont il découle. Il ne s'est écrit que comme une digression du Mal de mer et maintenant, vingt ans après, c'est le Mal de mer qui me semble digresser.
lun 18/06/2018 - 09:13
Qu'est-ce qu'une bonne phrase ?
Qu'est-ce qu'une bonne phrase ? C'est une phrase dont le sens et le son s'accordent comme en musique. Les autres phrases, les mauvaises, j'essaie de les effacer, leur son discordant est une alerte. Mais ces temps-ci, une bonne phrase c'est une phrase dont je me dis : "Paul ne la lira pas".
ven 15/06/2018 - 07:12
Frédéric Boyer
Hier soir entendu Frédéric Boyer lire son "Peut être pas immortelle", sur Anne, sa compagne, morte l'été dernier. Le violoncelliste à ses côtés disait le texte avec ses doigts, avec son archet, avec son corps, son visage. Magnifique. J'ai essayé de sentir la présence d'Anne, physiquement, avec nous, mais je n'y suis pas parvenue. Le texte de Frédéric dit aussi ça.
jeu 14/06/2018 - 06:49
Pluies tropicales
J'entends à la radio qu'on appelle "pluies tropicales" ces fortes pluies d'une abondance apparemment nouvelle, qui s'abattent en rideau sur Paris ces derniers jours. Elles me rappellent le Pays basque.
mer 13/06/2018 - 08:11
Retour de Tchernobyl
Retour de Tchernobyl. Un lieu devenu un signifiant, comme Hiroshima. Retour d'Odessa, aussi. Retour de Kiev. Retour d'Ukraine. Une guerre à bas bruit, mais une guerre. La place Maïdan. La Crimée où j'aurais voulu aller, et maintenant il faut passer par la Russie. Yalta. Le partage du monde. Tchernobyl, la "zone d'exclusion", la force insensée de la forêt. A nouveau, à Paris, les arbres me semblent petits. Il parait que le végétal aime la radioactivité.
jeu 07/06/2018 - 08:59
dernière chronique
Aujourd'hui j'ai envoyé ma dernière chronique. C'était pour l'Obs, ma série d' "insomnies". J'écrirai sans doute un livre un jour (ou une nuit) sur l'insomnie. J'ai aussi terminé d'écrire pour mes amis de Charlie Hebdo, avec un pincement au coeur. Mais j'ai désormais besoin (chroniquement) d'être face au vide, pour écrire les romans que j'ai en tête. Vide redouté et désiré. Ne rien faire d'autre, rien. Et c'est toujours aussi difficile. Ce matin, pas une ligne, le regard braqué sur l'écran ou la fenêtre...
jeu 31/05/2018 - 10:02
Marseille sans Paul
Marseille sans Paul. Paul adorait Marseille. C'est avec lui qu'on venait à Marseille. Revoir Marseille sans Paul.
lun 28/05/2018 - 07:30
Philip Roth
Philip Roth est mort. Il disait - dans The Ghost Writer je crois - que l'imagination rend les gens furieux. Que le fait même que les romans soient écrits à partir de l'imagination déclenche de la fureur. Que le romancier soit le seul à connaître le lieu exact de la jointure, dans ses livres, entre vécu et non vécu, entre "vrai" et "faux".

"Il faut le monde devienne un rêve, et que le rêve devienne un monde" : Novalis à peu près, cité dans les Provinciales, de Civeyrac, un film vu hier et qui m'a donné envie d'être jeune et de vivre à Paris (ça tombe bien).
mer 23/05/2018 - 05:00
retour du Gabon
Retour du Gabon. Les arbres à Paris me semblent minuscules.
jeu 10/05/2018 - 10:48
départ pour le Gabon
Départ demain pour le Gabon. Je rêve de Paul. J'ai lu le très beau "Deuil" de Dominique Fourcade. J'ai rendez-vous ce soir avec Frédéric Boyer, qui devient l'éditeur chez POL, heureuse de le retrouver, il est la personne juste, juste la bonne personne, pour cet impossible.
lun 30/04/2018 - 11:32
Philip Roth
En vacances. La mer. Je lis à la file des romans de Philip Roth, de la série Zuckerman,toujours avec le même amusement et agacement.
ven 20/04/2018 - 08:52
Pékin 1966
Pékin 1966, Jean-François Billeter : "De l'autre côté de la frontière, nous avons retrouvé la civilité et le bienfait qu'est l'absence de surveillance généralisée." "Wen m'a dit plus tard qu'à ce moment-là, son père était contraint de balayer la rue et de porter une étoile jaune : signe extraordinaire de la parenté qu'ont entre eux les régimes totalitaires" (Une Rencontre à Pékin, éditions Allia). Je n'avais jamais entendu parler de ça. Cinquante-trois ans après la surveillance s'est mille fois renforcée par les moyens numériques. Les caméras de reconnaissance faciale : la terreur.
ven 13/04/2018 - 08:43
idées de nouvelles
Idées de nouvelles en masse. Toujours pas repris mon roman. Je traduis des essais d'un grand auteur américain, et traduire c'est comme tricoter : ça vide la tête, les rangs montent, la matière est déjà là. A la fin de la journée on sait qu'on a au moins une page. Ecrire, c'est créer la matière même dans sa forme, traduire c'est "juste" trouver la phrase juste.
jeu 12/04/2018 - 09:29
Kakfa
« Je ne peux pas dormir. Je n’ai que des rêves, pas de sommeil. Aujourd'hui j'ai inventé en rêve un nouveau moyen de communication pour circuler dans un parc escarpé". (Kafka, journal, 21 juillet 1913).
Le rêve qui suit est magnifique, il circule au moyen d'une branche souple, mais je me demande si "communication" est bien le mot qu'il a voulu, s'il n'y a pas une erreur de traduction (Marthe Robert). Un moyen de "circulation", peut-être ? Il faut que j'achète une autre édition. Pour lire dans l'insomnie.
jeu 05/04/2018 - 08:01
toujours la Chine
Simon Leys a ainsi cité les explications de Mao quant à la mort (probablement suite à des tortures) de Lao She : "1) Lao She ne s'est pas suicidé, c'est une invention de Taïwan. 2) Son suicide s'explique d'ailleurs parfaitement étant donné sa mentalité bourgeoise. 3) De toute manière cette affaire est tout à fait dénuée d'intérêt et ne mérite pas qu'on s'y attarde".
C'est le principe de la dénégation selon Freud : tu ne m'as jamais prêté de chaudron ; le chaudron était déjà percé quand tu me l'as prêté ; il n'y a pas de chaudron.
mar 03/04/2018 - 09:06
journée grise
Retombée de voyage, comme une descente de drogue. J'écoute The Dø pour retrouver du courage. Je lis "l'incident de Wu Han" pour comprendre un peu mieux la ville où je viens de passer quelque temps. Partout où on passe en Chine, c'est comme si on marchait sur des centaines de milliers de morts.
ven 30/03/2018 - 08:45
toujours bonnes
Un ami chinois, à Wu Han, me demandait si les nouvelles de France ne me manquaient pas trop. "Elles sont toujours mauvaises", dis-je. "En Chine, me répond-il avec malice, elles sont toujours bonnes".

On ne sait pas, vu de France, ce qu'est une dictature. Il faut y rester, un peu. Et puis partir, si on peut.
jeu 29/03/2018 - 07:30
retour de Chine
Je suis rentrée de Chine. J'ai vu la Chine métamorphosée en quinze ans, les villages remplacés par des tours, les centres villes entièrement Gucci, Prada, Vuitton, etc. Truismes est introuvable, "n'est plus possible en Chine". Nombreux apartés avec de nombreux Chinois qui ne peuvent pas parler en public. Tout se paye et s'enregistre, et s'archive, par téléphone portable, avec les petits carrés en noir et blancs qui remplacent partout les étiquettes et noms des produits, d'un café à un billet de train. Retour à Paris. Se souvenir de chérir la liberté.
mar 27/03/2018 - 07:18
ouverture du site
Bonjour, c'est aujourd'hui que s'ouvre mon nouveau site. Sur cette page j'écrirai de temps en temps, parfois tous les jours, parfois pas, au fur et à mesure...
mer 14/03/2018 - 08:16

[...]

/sites/default/files/2017-09/arbrepluie.JPG
/sites/default/files/2017-10/grosse%20pluie%20sur%20l%27arbre%201272_2.mp4
/sites/default/files/2017-09/plage.JPG
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20beau%20mouvement%20vague%2C%20soir%2C%20beau%20bruit_0.mp4
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20ane%CC%81mones%2C%20aquarium%20de%20Biarritz%20%280%3B00%3B03%3B00%29.jpg
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20ane%CC%81mones%2C%20aquarium%20de%20Biarritz.mp4
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20IMG_1009%20%280-00-01-02%29.jpg
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20IMG_1009.mp4
/sites/default/files/2017-09/arbre.JPG
/sites/default/files/2017-09/arbre.mp4
/sites/default/files/2017-09/mer.JPG
/sites/default/files/2017-10/ACCUEIL%20Mer_1_1.mp4