Aller au contenu principal

Marie Darrieussecq

Ce scénario dialogué était une commande pour accompagner un documentaire produit par la BBC et France Television sur les Love Hotel au Japon, en vue d’un webdocumentaire par la société UPIAN. Mon éditeur, Paul Otchakovsky-Laurens, l’aimait particulièrement.

 

 

Approche ton visage de l’écran… Là. Ne touche pas l’écran. Ne touche aucune touche. Pose tes mains des deux côtés de l’écran. Là. Ecartées l’une de l’autre. Je veux entendre ton souffle. Oui… Je veux qu’un peu de buée se dépose sur l’écran… Respire lentement. Ne touche à rien. Respire. Dis-moi : oui.

 

Oui.

 

Redresse toi lentement et cale toi au fond de ta chaise. Bien au fond. Comme si une corde, une ceinture de cuir, passait autour de ta taille pour te plaquer au fond. C’est serré, mais pas trop. Dis-moi : oui.

 

Oui.

 

Je t’entends qui respires… Garde les mains à plat. Je te veux parfaitement immobile. Imagine tes chevilles tenues par des liens sous la chaise. Ecarte tes cuisses. Sens tes cuisses bien posées, bien étalées. Ecarte-les encore. Tu respires. Tu ne bouges plus. Tu m’entends ?

 

Oui.

 

Tu ne vas penser à rien d’autre que l’ici et maintenant. A rien d’autre qu’à ma voix. Ma voix qui entre en toi. Ma voix qui t’envahit. Ma voix qui t’intoxique et descend dans ton visage, dans ta bouche, dans ta gorge. Dans ta poitrine. Tu la respires, tu la goûtes, tu la manges. Ton ventre est plein de ma voix. Ton sexe est plein de ma voix. Tes fesses, tes jambes, ma voix coule en toi. Je suis ta voix. Parle. Dis ça. Dis-moi : « je suis ta voix ».

 

Je suis ta voix.

 

Tu vas rester parfaitement immobile et me raconter une histoire. Si tu bouges, si je perçois le moindre frôlement, si j’entends autre chose que ton souffle et ta voix, j’arrête. Je sors de ta bouche. Je sors de toi. Parle. Ne bouge que les lèvres.

 

Quelle histoire ?

 

Tu me poses une question ? Dis : oui.

 

Oui.

 

La première histoire qui te passe par la tête. Maintenant.

 

Il y avait cette fille… je pensais à elle.

 

Oui. Continue. Au présent.  

 

Elle vient d’arriver. Je la vois tous les jours…

 

Parle. Ne bouge pas. Au présent.

 

Elle évite toujours de croiser mon regard. Elle a une bouche très rouge, pas maquillée mais rouge, comme mordue. Je voulais… Je veux mordre dedans. Je l’ai prise en photo sans qu’elle le sache. Elle a la tête penchée, les cheveux qui coulent dans le creux des seins, et cette moue un peu boudeuse…

 

Oui ?

 

J’embrasse la photo. J’embrasse l’écran de mon téléphone. Je veux entrer dans la photo et lécher le creux de ses seins, le bout de ses cheveux.

 

Tu veux quoi d’autre ?

 

Je veux l’attacher et la garder pour moi. La retrouver le soir chez moi.

 

Pour faire quoi ?

 

Je veux m’en servir. La faire crier.

 

Tu veux la faire crier ?

 

Oui.

 

Répète : je veux la faire crier.

 

Je veux la faire crier.

 

Tu veux t’en servir. Répète.

 

Je veux m’en servir. Je veux l’attacher sur une chaise, cuisses écartées, mains dans le dos. Habillée. La faire attendre. Je poserais ma main sur son sexe, bien à plat.

 

Elle est habillée comment ?

 

 Elle est toujours habillée pareil. Un pantalon fin, moulant. Je l’oblige respirer fort. Par pression sur son pubis. J’enfonce mes doigts à travers son jean. Dans la couture. Dans le pli.   

 

Dans le pli. Continue.

 

Je me penche un peu plus sur elle... J’enfonce ma langue dans sa bouche. Ma main appuie, remonte vers les bords du jean… Maintenant j’enfonce la main dans son jean. J’entre dans sa culotte. Je sens la douceur de sa fente. Elle est chaude et mouillée. Elle gémit. Elle souffle.

 

Ne bouge pas. Attention, je t’entends bouger. Continue.

 

Ma bouche descend vers ses seins. J’ouvre, je soulève... Je pèse doucement ses seins. Je les lèche. La pointe est dure et douce. Elle transpire. Je lèche. Son cœur cogne. Je m’agenouille devant elle. Entre ses jambes. Mes doigts s’enfoncent loin… J’approche...

 

Ne bouge pas. Dis : oui.

 

Oui.

 

Je m’approche de toi par derrière. Ne bouge pas. Je me penche… Sens mon souffle sur ta nuque… J’embrasse ton cou, le creux de ton cou. Tes veines battent. Dis : oui.

 

Oui.

 

Mes mains glisse vers tes seins. Elles sont sur tes seins. Je te pince doucement. Je tords doucement le bout de tes seins. Je mords doucement ton cou. Je te lèche là, derrière l’oreille. Dis : oui.

 

Oui.

 

Tu me sens dans ton dos. Soulève-toi légèrement. Bouge doucement. Oscille sur ta chaise. Ta main droite se détache doucement. Attention, seulement ta main droite. La gauche reste posée à plat. Ta main droite se soulève. Elle se pose sur tes seins. Touche tes seins, l’un après l’autre... Effleure les mamelons. Joue avec. Obéis.

 

Oui.

 

Ta main droite monte vers ta bouche. Oui. Lèche tes doigts. Suce-les. Oui. Dis : oui.

 

Oui.

 

Maintenant ta main droite descend… Elle glisse sous tes vêtements… Elle s’enfonce… Elle touche ton sexe… Elle plonge entre tes jambes… mais attention… ne t’attarde pas… remonte la main, sens tes doigts… goûte tes doigts... Lèche. Suce tes doigts. Quel goût as-tu ?

 

Sel. Sucre.

 

Maintenant ta main gauche aussi est libre. Elle fourmille, elle est légère, elle se soulève... Tes deux mains sont sur toi. Défais ce qu’il y a à défaire dans le bas de tes vêtements… Vite. Enlève tout… oui… Vite. Obéis. Dis-moi quand le bas de ton corps est nu. Dis-moi : ça y est.

 

Ça y est.

 

Rassied toi. Sens le contact de la chaise sur ta peau nue. Ouvre très grand les jambes. Ecarte. Plus grand que ça. Dis-moi : très grand.

 

Très grand.

 

Ecoute ma voix. Pose les mains sur ton sexe. Laisse faire tes mains… Tout le reste de ton corps est immobile. Laisse tes mains faire ce qu’elles veulent… Tes cuisses sont bien ouvertes. Tu m’entends ?

 

Oui.  

 

Je me penche. Je pose les mains sur ton ventre… Sur ton sexe… doucement. Dis : oui.

 

Oui.

 

Je mêle mes mains aux tiennes. C’est chaud. Humide. Odorant. Laisse faire tes mains... Le reste de toi est immobile. Tiens bien les cuisses ouvertes. Ne te relâche pas… Laisse faire tes mains et les miennes… Je m’agenouille devant toi. Je regarde entre tes cuisses. J’ai tout mon temps. Dis : j’ai tout mon temps.

 

J’ai tout mon temps.

 

J’ai tout mon temps. Je suis la voix que tu entends. Répète : Je suis la voix que tu entends.

 

Je suis la voix que tu entends.

 

Je suis entre tes jambes. Je prends ton sexe dans ma bouche. Lentement. J’entre dans ton sexe. Je lèche ton sexe. … j’entre… Caresse-toi. Enfonce tes mains, tes doigts… Ne bouge rien d’autre que tes mains… Caresse à ta guise… Je suis entre tes jambes…  je lèche, je suce… Dis : oui.

 

Oui.

 

Dis : j’ai tout mon temps.

 

J’ai tout mon temps.

 

Continue… Ne te relâche pas… Ne jouis pas… Pense à la fille de tout à l’heure… pense à la fille à laquelle tu penses… Retiens-toi… Dis : oui.

 

Oui.

 

Approche ton visage de l’écran… Là. Ne touche pas l’écran. Répète : Approche ton visage de l’écran… Ne touche pas l’écran.

 

Approche ton visage de l’écran… Ne touche pas l’écran.

 

Ne touche aucune touche. Pose tes mains des deux côtés. Je veux entendre ton souffle. Répète : je veux entendre ton souffle.

 

Ne touche aucune touche. Pose tes mains des deux côtés. Je veux entendre ton souffle.  

 

Je veux qu’un peu de buée se dépose sur l’écran…

 

Je veux qu’un peu de buée se dépose sur l’écran…

 

Respire lentement. Ne touche à rien. Respire. Dis-moi : oui.

 

Respire lentement. Ne touche à rien. Respire. Dis-moi : oui.

 

Oui.

 

Redresse toi lentement et cale toi au fond de ta chaise. Bien au fond. Comme si une corde, une ceinture de cuir, passait autour de ta taille pour te plaquer au fond. C’est serré, mais pas trop. Dis-moi : oui.

 

Oui.

 

Je t’entends qui respires… Garde les mains à plat. Je te veux parfaitement immobile. Imagine tes chevilles tenues par des liens sous la chaise. Ecarte tes cuisses. Sens tes cuisses bien posées, bien étalées. Ecarte-les encore. Tu respires. Tu ne bouges plus. Tu m’entends ?